PREAMBULE :

                         
Connaissez-vous l’histoire du corps de l’homme ?

La mienne commence au stade vélodrome à MARSEILLE où j’écoutais Bernard Tapie expliquer au président de mon club le F.C.SOCHAUX comment Jean Pierre PAPIN aimait prolonger les entraînements pour effectuer  par tous les temps de nombreuses reprises de volée sur les centres variés de Chris WADDLE.
J’étais trop jeune à l’époque pour intervenir et lui conseiller d’y ajouter les exercices proprioceptifs indispensables :
     - à tout sportif pour améliorer ses performances sans user ses cartilages
     - à tous les enfants pour grandir sans scoliose
     - à tout adulte pour rester jeune
- et à tous les seniors pour retarder l’arthrose afin de vivre mieux le reste de son âge.
                                                                       

Comment fabriquer un sportif septuagénaire proprioceptif ?
Rester jeune m’a demandé beaucoup d’années pour grandir sans me presser Je vieillirai plus tard.

Avoir pratiqué 40 années de sport ‘vétéran’ sans me blesser n’est pas dû au hasard. Ayant eu le privilège de rencontrer les meilleurs , j’avais retenu certains conseils.
Dans le cadre de son travail, tout le monde n’a pas eu la chance ces quatre dernières années d’être invité à rencontrer Philippe LUCAS, Florent MANAUDOU, Zinedine ZIDANE, Arsène WENGER, Carlos MOZER, Julien BENETEAU, Laurent BLANC … Bernadette et Ségolène …
ni de soigner un vainqueur du tour de France, deux champions olympiques, trois champions du monde et un vainqueur de Wimbledon.

--> Tout le monde n’a pas eu la chance dans sa vie de jouer au tennis avec  Jean Henri JAEGER, au football avec Marcel AUBOUR, Michel JAZY, Claude BRASSEUR, BALAVOINE, Matt POKORA et Raymond KOPA, ni de s’asseoir mille fois sur le banc de touche de quatorze équipes professionnelles différentes.                                                         







  

PAPY... ! RACONTE-MOI LA PROPRIOCEPTION L’EQUILIBRE ET L’ENDURANCE

LE PARC PROPRIOCEPTIF

Le principe de Swing Chariot

Dès qu’il bouge l’enfant installé dans Swing Chariot crée des déplacements horizontaux et verticaux simultanés totalement aléatoires et le déséquilibre est harmonieux.

Toute variation du centre de gravité exige une réponse proportionnelle en vitesse et en intensité au déséquilibre initial.

Si aucune correction n’est faite, l’enfant se trouve en situation tout à fait agréable de balancelle à condition de rester allongé.

Mais toute tentative de reptation, « quatre pattes » ou de redressement à genoux puis debout nécessite une adaptation réflexe immédiate pour centrer G. Elle sera aidée par un appui manuel au filet.

Diminuer puis supprimer cet appui est ce vers quoi il faut tendre, l’objectif à atteindre, le top proprioceptif ?

En s’amusant, l’enfant met en place son schéma corporel.